Hospitalisation

Le patient âgé peut être admis en gériatrie soit parce qu’il présente une association de pathologies/comorbidités, et/ou parce qu’il présente divers syndromes gériatriques dont :

  • des troubles de la marche et des chutes à répétition
  • des troubles cognitifs ou de la confusion
  • des troubles nutritionnels ou de la déglutition
  • des problématiques sociales et de maintien au domicile

Le patient est pris en charge quotidiennement par l’équipe pluridisciplinaire. Celle-ci se réunit de façon hebdomadaire afin de faire une synthèse de l’évolution globale du patient et de préparer la sortie du patient dans les meilleures conditions. Les médecins reçoivent les familles une fois par semaine sur rendez-vous, afin de faire le point sur la situation de leur proche. Depuis peu, les médecins traitants y sont également conviés, via un webmeeting.

Les deux unités de 26 lits se situent sur le site de l’hôpital A. Vésale.

Heures de visite :

  • En chambre particulière : de 10h00 à 19h30 (un de vos proches peut être autorisé à rester auprès de vous en permanence, sauf avis médical contraire).
  • En chambre commune : de 14h00 à 15h00 et de 18h à 19h30.

Contact :

6A : 071/92.14.78

5B : 071/92.14.83

Equipe :

  • Infirmières en chef                        
 Mme F. Minot
Infirmière en chef
 Mme C. Deltenre
Infirmière en chef
  • Ergothérapeutes 

Mme J. Meurin

Mme A. Gonze 

Le rôle de l’ergothérapeute dans les services de gériatrie est, entre autres, d’évaluer les besoins et de mettre en place des activités en fonction des objectifs fixés dans le but de recouvrir l’indépendance et l’autonomie des patients nécessaire à leur vie quotidienne.

  • Logopèdes

Mme M-E. Saume

Mme V. Panier

Au cours d’une hospitalisation, les rôles de la logopède sont multiples : le dépistage et la prévention des troubles de la déglutition. Tous les patients hospitalisés dans les services de gériatrie sont automatiquement évalués lors des repas et une modification de la texture alimentaire peut être apportée pour diverses raisons (dysphagie aux liquides, aux solides ou due à des prothèses dentaires non adaptées). Une rééducation, si celle-ci est jugée nécessaire, peut être effectuée lors du séjour pour renforcer les mécanismes de déglutition ou si le patient vient à présenter un trouble langagier (Ex : aphasie ou dysarthrie).

  • Psychologue

Mme V. Willems, psychologue clinicienne et psychothérapeute systémicienne

Rôle de soutien et thérapie dans le cadre de problématiques comme la dépression, l’acceptation des différentes pertes (relationnelles et fonctionnelles), les conflits familiaux, le deuil, les problèmes dégénératifs et/ou confusionnels, la perte d’indépendance et/ou d’autonomie, décompensation psychique. Accompagnement du patient dans l’acceptation d’un placement. Accompagnement des familles (deuils, psycho-éducation des aidants proches).

  • Kinésithérapeutes

Mme L. Herlinvaux

Mme C. Delbruyère

M. J. Flament

M. A. Plumat

La prise en charge kiné en gériatrie commence par l'évaluation de l'indépendance fonctionnelle afin de formuler les objectifs de soins. Les traitements réalisés sont à but :

 préventif : lutter contre les chutes, les pertes d'équilibre et la perte d'indépendance. Lutter contre les séquelles du décubitus.

 curatif : kiné respiratoire, traitement de la douleur, récupération de la mobilité, traitement de l'œdème.             

  • Diététiciennes

Mme C. Giuliano

Mme S. Kalitventzeff

La diététicienne évalue l’état nutritionnel du patient sur base du dépistage de la dénutrition réalisé par les infirmiers à son entrée. Les besoins protéino-caloriques sont ensuite calculés en vue de prévenir ou lutter contre la dénutrition et un suivi nutritionnel est instauré. L’alimentation orale est toujours privilégiée : l’enrichissement est prioritaire si le tube digestif est fonctionnel et les supports nutritionnels de type nutrition entérale ou parentérale sont envisagés en cas d’insuffisance ou d’impossibilité des apports oraux. La prise en charge proposée est adaptée tant aux besoins nutritionnel du patient, à ses capacités de déglutition, de digestion, aux pathologies sous-jacentes, à ses préférences alimentaires… : tout cela dans le but de minimiser le risque de dénutrition.

  • Assistantes sociales

Mme J. Defraey

Mme J. Carpet

L’assistante sociale travaille en étroite collaboration avec le patient et ses proches, l’équipe pluridisciplinaire et les services extérieurs. Dès l’admission, l’AS effectue l’anamnèse permettant d’organiser le retour à domicile en mettant en place l’aide nécessaire (matériel, paramédicaux, etc). 

Quand un retour à domicile n’est pas possible, elle accompagne les familles dans leurs démarches de recherches d’une maison de repos et de soins, d’un court séjour, d’un centre de jour ou d’un centre de convalescence. L’AS réalise des démarches liées au droit social (introduction d’APA, de GRAPA, demande d’aide sociale, administrateur des biens,  etc).